• Julie Tremblay

Tant qu'il y a aura des humains, ça prendra des humains!

Mis à jour : avr. 23


Bien que Pâques soit pour certains purement commercial, je crois que, cette année, avec le confinement, vous avez possiblement vécu Pâques bien différemment.

Ce qui était normal et disons-le-nous : parfois lourd (ah! Il faut encore aller chez… ou faire ça…), semble vous manquer.

Je parle bien évidemment de l’officiel brunch avec vos parents, de la visite informelle en après-midi chez votre grand-mère, de la course aux œufs avec les beaux-frères/belles-sœurs/cousins/cousines ou de la partie de cartes qui nous tente plus ou moins, mais où nous devons dois absolument jouer. (Juste une petite game !) Oui toutes ces choses qui composaient NOTRE dimanche de Pâques habituel.

Dans ma famille, nous avions une tradition, où chaque année, nous partions pour le Maine du Vendredi saint au lundi de Pâques. Nous savions exactement où nous allions (magasins et sites) et ce que nous voulions manger (restaurants et villes). Depuis les dernières années, nous ne fêtions pas en famille et n’achetions pas de lapins, de poules ou d’œufs de Pâques.

La COVID-19 nous a tous frappés comme un coup de poing. Du jour au lendemain, nous avons été mis sur pause et nos rituels aussi.

Mais nous sommes toujours là.

Cette année, pour Pâques, je suis restée à Québec – OUAINS pis! J’ai décoré ma maison par l’intérieur, rien mis à l’extérieur – on ne sort plus dehors ! On a mangé notre brunch en famille en effectuant un zoom (vidéoconférence) – OUF! Que la planification a été difficile, mais très agréable d’être tous ensemble ! Et oui: j’ai acheté du chocolat.

J’ai aussi vu plusieurs de vos posts où vous soupiez avec vos parents sur la terrasse extérieure ou même où vous aviez décidé de faire la course aux œufs sous le regard de vos parents, qui de leur vitre de porte patio, trippaient.

C’était différent.

Le 13 mars dernier, j’ai compris que le comportement du consommateur ne serait plus le même qu’avant.

  • Que ses attentes seraient changées.

  • Que les entreprises réfléchiraient différemment.

  • Que les techniques de service d’ENIPSO seraient différentes.

Comment ce service devrait-il être?

Personne n’a une boule de cristal pour prévoir les attentes du consommateur après la COVID-19.

C’est pour cette raison que j’ai été très silencieuse et que je vous écris un mois après la tornade du 13 mars. J’avais besoin de réfléchir, de lire, d’analyser pour mieux conseiller et mieux former vos entreprises.

Découvrez notre formation en service à la clientèle subventionnée à 100 % ( PACME) qui prépare vos équipes à la reprise des activités après COVID-19.

J’ai déjà des d’idées.

  • Pour la proximité client – zone 0 pas, on tombe à 2 mètres de distance. Comment personnaliser quand tout le monde peut entendre…

  • Pour la poignée de main, on tombe du coude à coude… comment sceller une affaire…

  • Pour nos espaces de comptoirs à aires ouvertes, on a installé un Plexiglass protecteur…comment créer un lien…

  • Pour la rapidité à servir le client, on gère des files d’attente, on met un agent de sécurité à la porte pour laver les mains…comment offrir le choix au client…

Mais avant de les mettre en application, il est primordial de mesurer et d’observer ce qui se déroule ici et chez vous afin de brosser un portrait des attentes actuelles des clients et de les suivre, dans leur consommation.

Contactez-nous pour savoir comment nous pouvons vous aider.

J’ai toujours la même mission pour mon entreprise ENIPSO, soit d’analyser le service à la clientèle et développer l’expérience du client afin de fournir des solutions simples et concrètes.

Pour y arriver, dans les prochains mois, je vais me concentrer à observer minutieusement le nouveau comportement du consommateur, analyser le retour à sa nouvelle normalité, identifier les vrais enjeux de vos entreprises pour que nos services soient adaptés et fournissent des solutions viables et adaptées à l’après COVID-19. ENIPSO sera toujours là.

Tout le monde peut donner son avis,

mais pour être un expert, il faut avoir de l’expertise.

En ce retour de Pâques, je vous rappelle que votre chocolat soit un lapin, une poule, des œufs ou des PÉPITES DE CHOCOLAT fondu, c’est du CHOCOLAT.

Ben, c’est la même chose avec ENIPSO. Tant qu’il y aura des humains, ça prendra des humains pour les former, les évaluer, pour mesurer leur performance et valider l’application de normes.

Dans sa forme actuelle ou une autre, nous serons là.

Bon retour du congé de Pâques.

J.

N.B. Découvrez notre formation en service à la clientèle subventionnée à 100 % qui prépare vos équipes à la reprise des activités.

#COVID19 #PACME #Pâques #ENIPSO #JulieTremblay #Chocolat

46 vues
Des questions plus précises? Contactez-nous ou chattez.

905, de Nemours local 170

Québec QC G1H 6Z5

Soyez les premiers informés.

© 2017 ENIPSO. Création de HD Marketing